Les transports: ma passion 13.

Hier, je faisais allusion au chargeur à chenilles, il a remplacé une des deux pelles Poclain que nous avions, car plus pratique pour charger les matériaux en carrière, surtout les enrochements que j’empilais un à un dans les bennes des camions auxquels nous avions ôter les ridelles.

A cette époque, soit le Rhône, soit les Usses étaient souvent en crue et, après pratiquement chacune de celles-ci nous devions reconstituer les « épis » de protection des rives, ainsi que le renforcement de l’emprise de la voie ferrée à Corbonod.

J’ai aussi participé, avec ce même engin, aux côtés d’un autre chargeur à chenilles, celui de l’Entreprise Blondet (un dépot se trouvant à Seyssel Ain) à la réalisation du passage inférieur sous la voie ferrée, de la route menant à Marigny Saint Marcel à Rumilly.

Lors d’un hiver particulièrement rude, au départ du Hameau de Cologny, j’ai tracté le Berliet GLR 8, le « 5 cylindres » comme on les dénommait, lui même tractant le chasse-neige (le traîneau) car la neige, amassée par le vent en congères, obstruait sur une hauteur d’environ 3 mètres cette route, au niveau des deux derniers virages avant Clermont.

C’était avant…..

Les deux pelles Poclain TU étaient identiques à celle-ci, très bien rénovée.
Le chargeur à chenilles Continental TP 650 était identique à celui-ci.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.

Laisser un commentaire